Aujourd'hui c'est le

 
in English  


octobre 2010


Actualité astronomique

La rentrée scolaire !

L'astronomie pour toute la famille !


  Astronome en vedette

 

 
 

Jaymie Matthews

Professeur, University of British Columbia

Prof. Matthews posé à côté du télescope spatial MOST
(sur la table à la gauche - le satellite est à la droite).
Photo: ASC (2003)

 

Éducation:

Champs de recherche:

"J'aime penser que j'étudie le « langage du corps » des étoiles. En observant comment une personne se comporte, nous pouvons apprendre certaines choses. Par exemple, si elle a froid ou elle est nerveuse, peut-être qu'elle tremble. Il s'avére que plusieurs étoiles tremblent aussi, ce n’est pas parce qu'elles ont froids, mais à cause des ondes sonores qui rebondissent dans leurs intérieurs gazeux. Si nous serions capables d’enregistrés ces vibrations sur la surface de l'étoile, ça nous indiquerait comment que c’est à l’intérieur de l’étoile et à quelle étape de sa vie elle se retrouve.

"C’est comme ça que le soleil vibre, mais le signal de ses oscillations est si subtil que nous ne pouvons pas le voir si nous le regardons du point de vue d'une autre étoile. La turbulence de l'atmosphère de la Terre, qui cause les étoiles à scintiller, est le problème. Les petites variations de lumières, associées avec ces vibrations, sont submergés par les scintillements.

"Donc, une équipe canadienne qui inclut le gouvernement (l'agence spatiale canadienne), l'industrie (Dynacon Inc.) et les universités de la Colombie-Britannique et de Toronto se sont joints ensemble pour construire un satellite qui pourra étudier les étoiles d'un endroit spatial. Je suis le directeur scientifique de cette mission. Le satellite a été nommé MOST (pour Microvariabilité et Oscillations STellaires), mais à cause de sa taille modeste et de son budget, le satellite a été surnommé le « télescope spatial humble. »

"MOST a été lancé dans le nord de la Russie le 30 Juin, 2003. Il est devenu le premier télescope spatial canadien, et le premier satellite de sciences cent pour cent canadien en plus de 30 ans. (Il n’y a pas beaucoup de gens qui savent que le Canada était le troisième pays - après l'ancien Union soviétique et les États-Unis – à construire un satellite, l'Alouette 1.)

"Nous sommes prêts à utiliser MOST pour explorer l’intérieur des autres étoiles comme le soleil, déterminer l’âge de quelques-unes des étoiles les plus âgées de la galaxie (et de cette façon nous pourrons définir la limite d'âge de l'univers), et même détecter la lumière reflétée par les exoplanètes qui orbitent les autres étoiles, pour étudier leurs atmosphères pour la première fois."

Pouquoi étudier au Canada?

"Mes recherches me permettent de voyager souvent. Par exemple, l'année passé, j’ai voyagé au Portugal, en Autriche, en Angleterre, au Mexique, aux États-Unis, en Afrique du Sud, en France et en Russie. Autant que j'ai aimé tout ces pays (et encore d'autres), je n'ai pas réussi à trouver un pays dans lequel je préférais demeurer autre que le Canada.

"Le Canada a toujours été un leader mondial en astronomie ; qui est hors de proportion de notre population et de notre produit national brut. Le Canada est maintenant un partenaire majeur dans plusieurs projets plutôt intéressants – duquel se trouve le plus grand réseau d'antennes radio au monde (le vaste réseau d'antennes millimétriques d'Atacama) jusqu'au télescope spatial James Webb, sans oublier le télescope spatial humble."

Des conseilles pour les jeunes astronomes...

"Si vous rêvez d'être astronome et d'étudier l'univers, ne vous découragez pas. C’est certain que vous pouvez gagner beaucoup plus d'argent en travaillant dans une carrière qui requiert beaucoup moins de formation, mais il n'y a personne qui poursuit une carrière en astronomie pour devenir riche. C'est une passion. Vous n’allez jamais vous perdre si vous suivez vos rêves, même si ça ne vous mène pas où vous avez prédit lorsque vous avez commencés.

"Pour être sûr d'avoir les outils de base nécessaires, prenez des cours de mathématiques et de sciences physiques à l’école secondaire. Puisque ce n’est pas toutes les universités qui offrent un Baccelauréat en astronomie, vous pouvez vous inscrire dans un programme de physiques au post-secondaire. Tout de même, la plupart des écoles ont quelques cours en astronomie pour stimuler votre intérêt et vous donner de la formation. Une fois à l'université, il se peut que vous trouvez d'autres sujets qui vous intéressent encore plus que l'astronomie, et vous pouvez les poursuivre.

"Pendant que vous entreprenez votre Baccelauréat, essayez d’établir des liens avec des professeur(e)s qui font de la recherche en astronomie ou en physiques. Peut-être que vous pouvez trouver un emploi avec eux pendant l'année scolaire ou pendent l'été, pour acquérir de l'expérience et peut-être même publier un article scientifique. Ceci vous donnera un avantage pendant vos études et peut vous aider à gagner des bourses étudiantes. Le gouvernement fédéral et provincial ont plusieurs programmes pour aider les étudiants qui travaillent en recherches. Visez ceci.

"Après votre Baccelauréat, si vous êtes encore engagés à poursuivre l'astronomie, addressez-vous aux études supérieures à l’université, et vous pouvez découvrir davantage si vous voulez continuer dans le domaine de l’astronomie.

"C'est un long trajet, et honnêtement, peu d'étudiants qui débutent leurs études en astronomie deviennent astronomes professionnels à temps plein. Quand même, tout les étudiants que j’ai connus qui ont commencé en astronomie, mais qui pour n’importe quelle raison ont cessé, ont finis par trouver un emploi lucratif, qui représente un défi, en utilisant les techniques qu'ils ont appris pendant qu'ils étudiaient l'astronomie. La plupart d'entre eux gagnent un salaire d'embauche plus élevé que mon salaire présentement, dans les domaines d'images médicaux, de télécommunications, d’informatique et même en resolution d’équations différentielles pour les marchés financiers.

"Il y a un cliché bête, mais ici, il s'applique: Si vous visez les étoiles, vous atteindrez au moins la lune."

Autres Liens:

compilé par l'équipe Web d'éducation de CASCA (2010)

 
       

L'éducation interactive de la SCA : vos commentaires